top of page
  • Photo du rédacteurKristell

Salon, or not salon ?… Telle est la question

Vous avez publié votre ouvrage. Vous vous occupez vous-mêmes de la communication, de la commercialisation et de la diffusion de votre œuvre. Vous apprenez qu’un Salon du livre va bientôt se tenir dans une commune voisine. Ce peut être l’occasion de faire connaître votre ouvrage, pourquoi pas ? Comment ça se passe ? Voyons ça de plus près…


Les stands et la communication du salon ont été assurés par l’organisation avec des attentions particulières comme l’accueil matinal autour d’un café, voire un repas le midi pour les exposants ou une collation éventuelle dans l’après-midi. Le matériel et les informations mis à votre disposition ont été indiqués dans le « bulletin de participation » remis par les organisateurs. Vos exemplaires sont bien là (parfois fournis par la librairie locale qui les a commandés, sinon prévoyez-en une vingtaine, c’est le minimum) et vous êtes arrivés un peu en avance pour pallier les aléas de dernière minute comme un problème de place de stationnement, un manque de chaise ou de table… Bref, vous y êtes, stylo en main, et rien ne peut venir ternir votre enthousiasme !

Ainsi pouvez-vous bien accueillir les badauds du dimanche qui viennent à la rencontre, souvent des « têtes d’affiche » du salon, mais aussi à la découverte de nouveaux auteurs comme vous.

Entre attente et timidité, hésitation et curiosité, les émotions sont palpables de deux côtés de la table de signature… Et le temps peut paraître long. Côté visiteur, on se sent gêné de prendre un livre devant son auteur qu’on imagine attendre un quelconque commentaire… Côté auteur, on s’expose à des moues concentrées sur la 4e de couverture, aux remarques sur le prix du livre, et surtout au fait de répéter souvent la même chose toute la journée. Patience, bienveillance, ouverture, humilité et disponibilité seront vos ressources, amis auteurs !

Dans un salon, vous retrouvez ceux que vous avez invités pour l’occasion, ceux qui vous ont lus et viennent avec leur exemplaire pour que vous le dédicaciez, ceux qui l’achètent pour l’offrir à un proche, ceux que le sujet touche, ceux qui veulent en savoir plus sur vous et votre parcours, ou ceux qui vous admirent et souhaitent suivre vos pas… On papote, on rit, on remercie, on est dans une complicité fugace et unique. Préparez-vous à laisser quelques phrases en suspens tant on peut être interrompu en pleine discussion… Le temps est au papillonnage, à la légèreté et à l’imprévisible.

Et ce qu’il y a de formidable avec les salons, c’est que vous partagez le même sort que vos voisins de signature : c’est l’occasion d’échanger sur vos pratiques, vos astuces, vos méthodes, vos sources d’inspiration et créer des liens. Vous vous retrouverez peut-être ailleurs, dans d’autres salons, et revoir des têtes connues réconforte. C’est l’occasion de se créer un réseau d’auteurs avec lesquels échanger vos ouvrages, qui pourront soutenir et communiquer sur votre production. Parce qu’il arrive qu’on parle mieux des œuvres des autres que des siennes propres !

En fin de journée, du calme ou un spa auditif seront-ils nécessaires ? Serez-vous galvanisés par toutes les belles rencontres ? Serez-vous déçus par la journée ? Aurez-vous vendu le nombre d’ouvrages espéré ? Cela vous appartiendra.


En tout cas, retenez que c’est courageux d’écrire et plus audacieux encore de publier un livre. Aller le présenter dans un Salon du livre, quel qu’il soit, reste une expérience humainement enrichissante ! Alors pour tout ce chemin : BRAVO !


Commentaires


bottom of page